Mudra - the hand gestures

Dans la danse indienne, chaque geste des mains a un poids symbolique et une signification précise.

Ces gestes sont appelés 'mudra', terme sanskrit (langue des vieux textes hindous) signifiant «signe» ou «sceau». Les instruments anciens utilisés pour cacheter (bagues, tampons) étaient nommés mudras.

D'après l'école tantrique, le terme 'mudra' vient du mot sanskrit „mud”, qui signifie „bonheur”, „plaisir”, auquel on ajoute „dru”, qui signifie „mettre en évidence”. Le mudra est ainsi l'attitude qui confère le bonheur, grâce aux pouvoirs divins des mudras, qui mettent l'être humain en résonance avec la divinité.

Pratiqués dans toutes les époques, religions, cultures, les mudras sont des gestes spécifiques par lesquels on exprime des états d'esprit, des émotions, des intentions, de manière consciente ou non consciente.

Les plus anciens mudras sont rencontrés dans les caves de Ajanta et aux sculptures de Khajuraho. Les premiers documents qui décrivent les mudras sont Le livre des mantras (Mantra Shastra), Le livre des invocations et des prières (Upasana Shastra) et Le livre des danses classiques, ainsi que le Bhagavad Gita.

À l'origine, les mudras sont des gestes sacrés, utilisés par les yogis et les prêtres de l'époque védique, qui auraient accompagné leurs récitations sacrées de ces gestes des mains. Les mudras sont liés à différentes pratiques spirituelles et religions : le védisme, mais aussi l'hindouisme, le bouddhisme ou le yoga...

Dans le hindouisme et le bouddhisme, le mudra désigne un geste symbolique utilisé par les prêtres pendant les rituels religieux, réalisé à travers des postures corporelles spécifiques, avec certaines parties du corps, surtout avec les mains. Les différentes postures des bras qui peuvent leur être associées s'appellent "hastas".

Dans les représentations iconographiques (peinture, sculpture), le Mudrâ est une position codifiée et symbolique des mains qui exprime la nature et la fonction des divinités. Dans l'art bouddhique, les Mudras de Buddha sont Abhaya mudra (la protection, la bienveillance), Varada mudra (l'exaucement, la générosité), Gyan mudra, le geste de l'argumentation ou de l'enseignement.

Dans le yoga, le mudra est une posture statique visant à favoriser une stabilité mentale, pendant la méditation : Maha mudra (tout le corps est fixe) ou une partie seulement, classiquement les mains : Jnana mudra. Les mudras sont employés de manière thérapeutique afin de remédier aux insuffisances et aux maladies. Le pouvoir d'un mudra est donné par son effet énergétique subtile.  Les mudras associées aux chakras (centres énergétiques repartis tout au long de la colonne vertébrale) génèrent des énergies positives dans l'être humain, harmonisent et équilibrent les énergies yin et yang, favorisent la circulation du souffle vital Prana.

Dans l'Ayurveda (médecine ancienne indienne "science de la vie"), chaque doigt de la main correspond à un chakra de la colonne vertébrale et à un des cinq éléments. Agni (le feu) correspond au pouce, vayu (l'air) à l'index, akasha (l'éther) au majeur, prithvi (la terre) à l'annulaire et jala (l'eau) à l'auriculaire. La main droite représente le soleil et la main gauche représente la lune.

Dans la danse classique indienne, les mudras sont des gestes à une main ou à deux mains, qui peuvent être signifiants ou simplement esthétiques.   Ils  accompagnent également une gestuelle corporelle plus vaste qui va donner tout son sens à la danse. La danse indienne ne reproduit pas les gestes naturels du corps, elle transforme tous gestes en utilisant un nouveau langage, un système technique et esthétique. Même quand un geste domestique est reproduit, il est exécuté d'une manière stylisée, intégrée dans le rythme et l'esthétique de la danse. La danse a une dimension rituelle, surnaturelle et divine. Les gestes sont marqués, nets, identifiables un par un, mais ils se suivent dans une fluidité qui semble spontanée.

Chaque mudra recouvre un très grand nombre de significations (Viniyoga) selon le contexte et la manière dont il est exécuté. Les mudras peuvent représenter aussi bien des personnes, des objets, des animaux, ou des dieux que des sentiments, des actions ou notions abstraites.Le visage joue un rôle très important : les yeux suivent toujours la main.

Les danseurs utilisent 32 gestes avec une seule main, nommés Asamyukta Hasta ( mains non-unies), qui peuvent etre executés avec la main droite, la main gauche ou avec les deux mains simultanément (non-unies), 24 gestes avec les deux mains, nommés Samyukta Hasta (mains unies, chaque main avec le même geste) et 68 gestes combinés, nommés Mishra Hasta (des gestes différents avec chaque main).

ASAMYUTA HASTA (les gestes à une main)

SAMYUTA HASTA (les gestes à deux mains)

 

 

Last edited: 05/07/2021